Le projet

altFontaine aux Abeilles (FAA) est un projet de construction de 6 maisons accolées en une bande sur un terrain de 24 ares en périphérie de la zone d’aménagement concerté (ZAC) « Fontaine Saubach » à Saverne, une petite ville de près de 12 000 habitants située à environ 40 km au nord-ouest de Strasbourg sur la ligne SNCF Paris-Strasbourg.

Entre besoin d’appartenance et souci de garder son indépendance, nous optons pour une certaine culture de l’interdépendance : simplicité et qualité de vie, réduction des besoins et mutualisation de ressources, désencombrement des espaces privés et réinvestissement des communs. Cette réalité de l’interdépendance, nous l’incluons dans notre approche environnementale.

Le bâti est conçu comme une interface vivante entre les habitants et la nature, une troisième peau. altL’intelligence d’un habitat intégré dans les écosystèmes et respectueux de la santé est ainsi au premier plan.

Articulation entre privé et collectif

Le projet est de l’ordre de ce que l’on appelle « l’habitat intermédiaire » : ni purement individuel ni purement collectif, il se caractérise par une densification et une optimisation des surfaces privatives, ainsi que par la forte proportion d’espaces partagés (équivalente au quart de la SHON). L’idée est d’économiser le foncier.

altLe magnifique cadre de vie savernois, avec ses milliers d’hectares de prairies et les massifs forestiers tout proches, donne l’illusion d’un vaste espace disponible pour installer sa demeure. Or c’est bien ce patrimoine naturel qu’il s’agit de protéger de l’étalement urbain.

Les 5 années de mise en route du projet nous ont permis d’approfondir notre approche de l’habitat. Le principe est de mutualiser dans des espaces communs les fonctions de l’habitat qui peuvent être externalisées car ne relevant pas strictement de la sphère privée, où se concentre uniquement ce que chacun considère comme lui étant essentiel. Les communs intérieurs regroupent ainsi dans un soubassement aménagé d’un seul tenant : 3 interfaces d’accès, un grand salon de 40 m², une buanderie, 2 chambres d’amis, 2 ateliers.

Construction bio

Le deuxième axe du projet est le soin porté à la construction selon les principes de la Biologie de l’Habitat. Le cabinet d’architecture BIO-ESPACE est le maître d’œuvre du projet. Rémi Florian, l’architecte, est également co-maître d’ouvrage. Ceci contribue grandement à la présence dans le groupe de ressources et compétences essentielles à la bonne marche du projet.

altLa Biologie de l’Habitat (BDH) s’engage dans les 14 cibles de la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE) et les complète dans les domaines de la santé biologique et du confort psychologique. Elle conçoit la construction comme une interface douce entre l’habitant et son environnement et vise l’instauration d’un climat intérieur sain. Elle étudie les multiples paramètres du lieu, du cadre bâti et de ses aménagements pour limiter au maximum ses impacts sur l’environnement et la santé. L’intégration de la maison biologique dans son environnement et sa perméabilité aux échanges naturels sont les gages d’une remarquable qualité de vie pour ses habitants. Bien plus, la maison biologique soutient et nourrit la recherche d’une certaine harmonie dans les rapports de l’homme avec son environnement : sous-enchère technologique et faible empreinte écologique, préservation de la santé et rationalisation des coûts, intégration dans les écosystèmes et architecture harmonique. La BDH est avant tout une démarche optimiste et pragmatique de réconciliation de l’humain avec son habiter, fondée sur une confiance résolue dans les forces de la Vie.

altRationnalisation des choix

La surface et la configuration des logements sont standardisées : environ 51 m² hab. par niveau. La simplification des choix architecturaux potentialise les économies d’échelle, qui peuvent être réinvesties dans la performance énergétique et la qualité de vie. Les logements visent la très haute performance énergétique (moins de 15 kWh/m²/an), ainsi que le respect fondamental de la santé et ce grâce à une conception répondant aux exigences du label de « construction BIOlogique » :
- un soin particulier sera apporté à l’isolation de l’enveloppe qui fera partie intégrante de la copropriété : ossature bois, isolation végétale projetée, triple vitrage de technologie allemande, grandes baies vitrées Sud ;
- solaire passif, inertie thermique par les chapes, protection solaire par des stores extérieurs occultants à lames orientables ;
- énergies renouvelables : granulés bois pour l’eau chaude sanitaire (+ panneaux solaires thermiques en option) et appoint en chauffage, récupération de l’eau de pluie, plenum pour la ventilation tempérée ;
- distribution électrique biocompatible.

Le partage d’espaces mutualisés se poursuit à l’extérieur. Les espaces verts privés (dont les terrasses) de plain-pied seront bordées par un chemin d’accès reliant le parking au Nord-Ouest à une place de décharge au Sud-Est praticable par des personnes à mobilité réduite. Au-delà de ce chemin, les espaces mutualisés se déclineront en potager commun, petit verger, haie vive, rucher, jeux enfants, kiosque…

alt