Ecoquartier Vauban (Fribourg)

altLe quartier Vauban est un écoquartier de la ville de Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne, bâti sur un terrain qui accueillait une caserne jusqu'en 1992.

En 1996, la municipalité décide d''initier un renouvellement de ce secteur de la ville, en s''appuyant sur une démarche de développement durable et de forte participation citoyenne au projet.

Plusieurs fonctionnements originaux ont été explorés pour la réalisation et la réhabilitation des lieux.
L'une de ces formes a été la constitution de Baugruppen (groupes de construction) composés de citoyens qui ont construit ensemble leur futur logement, en définissant l'organisation de leur immeuble avant la transmission de leur projet à un maître d'œuvre.

Vidéo Vauban

alt
Vidéo réalisée par Eco-Quartier Strasbourg
2009 - 10 mn

Vauban sur le web

De nombreux sites internet sont consacrés - pour tout ou partie - à l'écoquartier Vauban.

alt Accéder à la liste

Historique

alt
Le terrain sur lequel se situe l'écoquartier Vauban, au sud du centre-ville de la ville de Fribourg, accueillait depuis 1936 une caserne.

Occupée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale par les forces françaises stationnées en Allemagne (FFSA), les militaires ont libéré cet espace en août 1992. Pendant quelques années, les bâtiments ont été occupés illégalement par des populations marginales.

En 1996, la municipalité lance le renouvellement du secteur, en s'appuyant sur une démarche de développement durable. La naissance du quartier s'est faite avec une forte participation citoyenne : de nombreux Baugruppen (groupes de construction) se sont constitués et une association "Forum Vauban" dont les 300 à 400 membres a organisé le processus de participation citoyenne avec - et parfois contre - les intentions de la municipalité.

Aménagement

alt

Sur 4 hectares, plusieurs anciennes casernes ont été conservées et rénovées :
- 4 casernes ont été destinées à 220 logements formant le collectif SUSI (Selbstorganisierte unabhängige Siedlungsinitiative) et abritent une partie des habitants "illégaux" qui avaient pris possession des lieux au départ des militaires ;
- 6 autres casernes accueillent 600 logements pour étudiants ;
- la dernière, nommée "Stadtteilzentrum Haus 037" abrite désormais une maison de quartier et un centre socio-culturel.

Les 34 hectares restants ont été restructurés et consacrés à la création de 2000 logements et 600 emplois (activités industrielles et artisanales).